Bienvenue sur le site de l'AFB !! Les dates à retenir !! Accueil Bienvenue sur le site de l'AFB !! Fédération Française de Cyclotourisme
...de la course à la rando, l'AFB touche à tout !

Accueil  07//12
Compétitions  02//04
Règl. Coupe de France
Randonnées  29//03
Tableau des cols
Insolite  10//09
FAQ  05//10


l'association
adhérez !
liens


!! LE FORUM !!


Où et Qui pédale ?
Je m'inscris aussi !


          


Randonnées



26 et 27 juin : BRM 400 km de Bourges





    Le début de cette aventure, commence à 10h33, pour être très précis, en gare de St Cyr en Val. Petite sensation auprès des voyageurs qui me voient embarquer avec mon drôle d'engin dans le wagon.
    Arrivé à Bourges, je me sustente dans un petit parc au pied de la cathédrale St Etienne, un des joyaux de l'art gothique pour les spécialistes, en attendant le départ de ce Brevet des Randonneurs Mondiaux. Le soleil cogne et j'apprécie la fraîcheur dispensée par ces arbres majestueux qui m’entourent.
    A 13h30 je vais retirer ma carte de route. Ambiance grand randonneur garantie, même le local qui tient plus du bouiboui, où trônent d'innombrables trophées, prestige d'un passé glorieux et d'un avenir radieux de ce dynamique club Berruyer.

    14h00, on lâche la meute et je m'accroche au groupe pour me sortir du dédale des rues de cette cité de Bourges. Cap au nord, mais c'est le cagnard tout de même ! Le rythme est élevé et certains lâchent prise. J'en ferai tout autant, car le poids de mon vélo, avec armes et bagages, ne me permet pas ces folies. En fait, je comprendrais, mais bien plus tard que ceux qui mènent ce train d'enfer, le peuvent car ils voyagent léger, ayant une assistance.

    A Vanne sur Cosson on retrouve pour quelques kilomètres, le parcours du Bordeaux Paris. Deux coursiers qui font le périple en trois jours, prennent ma roue pour y trouver un salutaire abri jusqu'à Jargeau où ils vont passer la nuit. C'est mon premier point de contrôle. Je le valide chez le boulanger par un tampon à son enseigne et d'un flan pour me requinquer. J'aime bun les flans !!!

    Un noyau d'une quinzaine de cyclistes, s'est reconstitué et nous roulons toujours direction nord. On traverse la forêt d'Orléans et à Sully la Chapelle dislocation du peloton sous l'impulsion d'un nouveau coup d'accélérateur. Je lâche prise pour rouler seul à nouveau et mes roues me portent jusqu'à Pithiviers, 2ème contrôle et point le plus septentrional du parcours. Je retrouve mes fous furieux prêt à enfourcher leurs bécanes. J'en profite pour me ravitailler et me rafraîchir d'un Perrier Menthe.

    Ensuite le circuit s'oriente plein est pour nous mener à Sens, 3ème point de contrôle. C'est le début de la soirée, la chaleur est redescendue et la lumière ambiante est féerique. Un ciel d'un blanc laiteux, avec la lune bien ronde et encore rouge à cette heure-ci, émergeant de la ligne d'horizon, je me sens transporter dans une toile de Claude Monet. A Jouy je retrouve le passage de notre précédente diagonale. Moment toujours émouvant, où les souvenirs ressurgissent et telle l’araignée on tisse les nœuds d'une toile où les routes sont les fils.
    Le contrôle à Sens se fera dans un pub, encore ouvert à cette heure tardive de la nuit et où je me doperai d'une tasse de café. De là, la route s'oriente plein sud en remontant la vallée de l'Yonne. La nuit est bien installée, mais c'est pleine lune et je pourrai presque me passer d'éclairage à certain moment. Je quitte cette vallée au village de Thèmes, pour entrer dans la Puisaye. Ma route s'élève et me conduit, par moment, au sommet ou au flan d’une colline. Le paysage se dévoile alors à la lueur de la lune. Des moments d'un rare enchantement qui égayent ma pérégrination nocturne et alimentent ma rêverie.
    Toucy, 4ème contrôle. Je retrouve ma bande de pirate, en train de se restaurer au cul d'une camionnette. Sympa, ils m'offrent, avant de se remettre en selle, le couvert et une tasse de café.

    A 4h45 les paupières se font terriblement lourdes et la progression devient laborieuse, voir risquée. Je succombe sur un bout de gazon dans la cité de St Amand en Puisaye, pour un repos salvateur de 45 mn. Il y avait bien une noce à quelques encablures, mais ils ne n'ont pas réussi à me déranger.

    A Cosne, je retrouve la Loire que je vais suivre jusqu’à St Satur, dernier point de contrôle. Le soleil se lève sur le val drapé d'une petite brume qui s'effiloche sous l'impulsion de la chaleur dispensé, un autre moment d'enchantement de cette randonnée. Ensuite, le relief va devenir mouvementé dans la traversée du Sancerrois, pour s'assagir dans le final aux abords de Bourges. Il est 9h15 quand j'en ai terminé de ce périple.


    Ma femme n'ayant pas voulu me prêter sa voiture, c'est en vélo que j'ai du faire le retour au logis ! Là, j'ai commencé à souffrir sérieusement de la chaleur en devant opérer quelques arrêts aux bars pour me rafraîchir de diverses boissons fraiches.

    Amitié, bisous, tendresse.
    Le pape des manivelles


le 08 septembre 2010 par Lymass




admin ce site est la propriété de l'AFB, toute reproduction est interdite - (c) 2004 - écrire au webmaster revenir en haut