Bienvenue sur le site de l'AFB !! Les dates à retenir !! Accueil Bienvenue sur le site de l'AFB !! Fédération Française de Cyclotourisme
no comment

Accueil  07//12
Compétitions  02//04
Règl. Coupe de France
Randonnées  29//03
Tableau des cols
Insolite  10//09
FAQ  05//10


l'association
adhérez !
liens


!! LE FORUM !!


Où et Qui pédale ?
Je m'inscris aussi !


          


Insolite



Essai du Metabikes High Racer


    Jeudi 14 février : essai du metabike chez Serge COUTTON

    Au premier abord, le vélo surprend par son look et par son poids. 12 kg sur un cadre court (empattement de 102 cm), fourche carbone et deux roues de 28 pouces : un vrai vélo de course, mais version couché.

    Serge a reçu le cadre nu, et l’a monté, comme il dit « avec du matériel de récup’ ». sans commentaire… A l’avant 30-39-53, à l’arrière 11-28 en 9 vitesses.
    Sans être vraiment un nain, je suis plus court que Serge, et on raccourcit la bôme de deux bons centimètres. Pas problème d’interférence roue avant/pédales. On monte mes pédales auto, on met une sacoche de siège avec une pompe, une chambre, et c’est parti, direction col d’Ey (450 m de D+, une route à 5-6% avec des passages à 8%). Les premiers mètres se font dans un dédale de petites rues pavées de Buis ; tout va bien, le vélo se comporte d’une manière sympathique à basse vitesse. Pas de problème particulier pour manœuvrer à faible vitesse.

    Dans la montée, on sent que le vélo est nerveux. Son empattement court réduit pas mal la longueur de la chaîne, par rapport à un 26 x 26 « classique », on sent que ce qu’on met dans la pédale passe bien dans la roue arrière. Le revêtement de la route n’est pas terrible, et on sent bien les vibrations dans le siège. Cela est du, je pense, à la position quasi verticale des haubans en carbone. Dans les « coup de cul », je force un peu sur le 39 x 28, pour voir le comportement de la roulette (je hais les roulettes, que je soupçonne depuis toujours de bouffer pas mal de puissance sur les rapports courts). Ni bruit, ni vibration. En fait, la chaîne devient pratiquement droite dès le passage sur le 39, et ne touche presque plus sur le 30. Ceci explique cela (mais je ne comprends toujours pas cette obstination à placer une roulette quand on peut s’en passer).

    Arrivé en haut du col, je passe un coupe-vent, je jette un œil sur le paysage (magnifique en toute saison), et je descends. Je ne fais pas trop le malin, on est sur un vélo de course avec des pneu super fins, la route est encore humide et la température est en dessous de 0°C. La direction est précise, la fourche carbone me paraît indispensable.

    Arrivé au lieu-dit « Les Bois », c'est-à-dire pas loin du bas, je croise un cycliste avec un vélo de course. Du coup, je fais demi-tour, histoire de comparer un peu… Le gars n’est pas tout jeune –comme moi, d’ailleurs-, mais paraît affûté. Beau vélo carbone. Je le rattrape, on cause un peu, et je le pose dans les deux derniers km. Arrivé en haut, il me dit être impressionné par le vélo, la facilité apparente avec laquelle il roule en côte. Moi aussi.

    A la seconde descente, je prends un peu d’assurance, mais la route bosselée et les virages serrés me dissuadent d’appuyer sur les pédales. Alors, je prends le Col de l’Homme Mort, que Gérard le Facteur Collectionneur de Cols m’avait fait découvrir lors du rassemblement à Buis fin août, et je rejoins la D546, bien roulante, qui suit les gorges de l’Ouvèze jusqu’à Buis. Belle descente, beau revêtement, 53-11 avec des roues de 28 pouces, (ça développe 10.36 m), le compteur affiche 68 km/h, je ne mouline pas comme un tordu. Les courbes sont vraiment agréables à passer, le pilotage est précis, mais la longueur du cadre ne permet aucune fantaisie. Sensations de piloter une moto.

    Je profite des derniers km pour rouler « cool » et me livre à mon test perso : le lâcher de mains. Très moyen, le comportement. Faible longueur du cadre, manque de rigidité transversale à l’arrière, fourche pas assez droite où répartition des masses ? On ressent un effet de guidonnage vers 40 km/h. Bon. Mais on n’est pas obligé non plus de lâcher les mains.

    Petit repas vite fait chez Serge, on goûte un Cabernet-Sauvignon de 97, miraculeusement bien conservé, et l‘après midi, je repars pour une balade de 42 km. Buis, Mollans, Col de Veaux, de la Peyronière (6 km de montée avec comme témoin direct le Ventoux enneigé baignant dans la lumière de février, je ne vous raconte pas !), la montée infernale de Brantes, col de Fontaubes et retour sur Buis. 750 m de D+ , toujours le même plaisir dans les côtes. Les deux km de la montée de Brantes me bouzillent la belle moyenne que j’entretenais amoureusement depuis le départ, mais je reviens à Buis avec un 26.5 de moyenne. Conclusion : à peu près ce que je peux faire chez moi dans le Doubs avec mon Lapierre de course à 9.5 kg sur des profils très semblables. Pour moi, ce vélo met fin à la légende qui veut que le vélo couché grimpe moins fort qu’un vélo droit. Meilleur sur le plat, bien supérieur en descente, à peine moins performant peut-être dans les côtes, surtout en cas de petit coup de cul qu’on peut passer en danseuse en VD, et forcément moins bien en vélo couché. Mais au train…

    Quelques mots sur le look et la finition : le métabike est livré avec un siège et un guidon carbone, ou avec un siège fibre et guidon alu. C’est ce dernier que j’ai essayé. Le siège est très ergonomique. A l’avant, il remonte légèrement entre les cuisses, ce qui offre un maintien latéral intéressant, et évite en plus le glissement vers l’avant.
    La finition est soignée. Rien à dire de ce côté. La longueur de la bôme est un peu déconcertante, mais c’est nécessaire pour éviter l’interférence avec la roue avant de 28 pouces. J’ai bien regardé dans la montée, au moment où je forçais comme un (Le)sourd. Je n’ai pas constaté de flexion apparente, et pourtant, la bôme avait légèrement tourné – je n’avais pas fait semblant de forcer, donc.

    Olivier 25


    http://www.meta-bikes.com/


le 16 février 2008 par Malric




admin ce site est la propriété de l'AFB, toute reproduction est interdite - (c) 2004 - écrire au webmaster revenir en haut